plus utiliser prestashop

Pourquoi je finirais par ne plus utiliser Prestashop

Mon désamour pour Prestashop a commencé très tôt. Je ne l’utilisais pas encore que j’en avais que de mauvais échos. Usine à gaz, instable, le build fourni chez OVH plante, c’est compliqué. Qu’à cela ne tienne, je me suis dit qu’il fallait tout de même essayer avant de cracher dans la soupe. Est-ce que j’aurais pu apprendre un autre CMS E-commerce plus solide à la place ? Très certainement. Et plus de 5 ans après avoir fait mon entrée dans le cercle pas très fermé des développeur·euse·s, il devient évident qu’il faut que je passe à autre chose. Attention, les raisons qui m’amènent à dire que je finirais par ne plus utiliser Prestashop sont personnelles, et ne représentent sûrement pas ce que pense la majorité des développeurs.

Mais revenons ensemble sur ce qui, d’après mon expérience en tant qu’utilisatrice et développeuse, a été un échec.

La réputation de prestashop

Dès ma formation, on m’a prévenue : Prestashop est une usine à gaz buguée. À l’époque, une de nos camarades lançait une boutique en ligne sur un build fourni par OVH. De mémoire, elle a dû refaire sa boutique sur une installation propre, parce que même ce qui était censé être une install « one-click » que l’on vend aux non-développeurs pour lancer leur affaire rapidement, c’était déjà mal parti. Aujourd’hui, le CMS ne me paraît plus être une usine à gaz, mais est toujours bugué. Des utilisateurs classiques finissent par choisir un Wix (même si ce dernier n’est pas fait pour, et n’est pas optimal niveau référencement), pour ne plus se prendre la tête. Aujourd’hui j’en viens à penser que WooCommerce, ce n’est pas si mal que ça, même si j’ai déjà atteint les limites de ce plugin avec une boutique en ligne pour un célèbre chocolatier Normand.

Ses bugs

Récemment, j’ai installé un Prestashop pour mon entreprise. Le CMS a planté dès l’installation. C’est là qu’a commencé ma prise de conscience, sur cet outil que je finirais par ne plus utiliser.
Mais en dehors de cela, il y a toujours un problème. Même vider le cache fait planter Prestashop. L’autre jour, j’ai désactivé des plugins de base dont je n’aurais pas besoin, j’ai encore eu une erreur 500. Et c’est que ça, en boucle. Que ce soit sur mon environnement de développement, sur les serveurs prévus pour ça, il suffit d’aller trop vite pour que Prestashop nous gratifie d’une énième erreur. Cela devient lassant, je passe un temps considérable à corriger les erreurs du CMS plutôt que d’avancer sur mes propres développements, et à mes yeux c’est une perte de temps que je ne peux plus supporter. Mais si il n’y avait que Prestashop, qui était bugué…

Sa boutique Addons

La boutique Addons est buguée. Je l’ai constaté quand mon ancienne agence a eu énormément de demandes de boutiques en ligne, j’en ai développé quasiment une par mois à une période. Et là, la boutique n’a pas suivi. Non seulement, des fonctionnalités de base se retrouvent payantes (le bandeau de consentement aux cookies RGPD-friendly par exemple), elles sont horriblement chères quand sur d’autres CMS elles sont gratuites … Et c’est encore une fois bugué (pendant plusieurs semaines, je ne pouvais plus m’y connecter par exemple). Comme je le disais plus haut, j’ai eu une période où je lançais des boutiques en ligne fréquemment, il nous fallait donc gagner du temps. J’ai acheté des thèmes (bien notés, avec de bons avis, basés sur des versions récentes, SEO friendly, responsive…) et j’ai fait appel au support sur chacun de mes achats. Des thèmes à environ 60/70€, qui ne supportent pas les thèmes enfants (pratique), qui ne sont pas responsives une fois installés, à qui il manque des fichiers .tpl de base, où tout simplement qui affichent des erreurs Symfony. J’ai fini par arrêter de payer des thèmes, maintenant je développe directement à partir du thème Classic, avec un thème enfant.

Et les plugins ? C’est pareil. Il n’y a que les banques (et heureusement vu le prix) qui ne m’ont pas déçue. Je pense que ce qui m’a le plus fait vriller, c’est sur la boutique d’une archerie, où un plugin de click and collect acheté, annoncé comme compatible avec la dernière version installée de Prestashop, n’était pas fait pour… Le développeur a passé un weekend entier dessus après ma demande de support, et moi j’ai passé une semaine à lui rapporter les bugs que je rencontrais. Et à quasi 150€ le plugin, on se demande comment ça peut encore passer. Quand à côté, les plugins gratuits de WooCommerce fonctionnent à 100%, on revoit à deux fois notre copie.

Sa communauté francophone

Je pense que si la communauté francophone était agréable, conciliante et dans un meilleur état d’esprit, ça aurait pu être la dernière chose qui m’aurait fait garder Prestashop. Mais ça, ça n’existe pas. C’est bien simple, je fais toutes mes demandes sur le forum anglophone. Les Français sont fidèles à leur réputation, il n’y a pas à redire. Les forums d’aides sont faits pour trouver des solutions ensemble, guider ceux qui ne connaissent pas encore les recoins de Prestashop, mais si vous cherchez de l’aide auprès de vos compatriotes :

prestashop forum aide
Je peux encore être plus cynique si tu veux !

Une question classique, « comment modifier la page ‘Magasins’  » ? C’est vrai que ce n’est pas intuitif de modifier ça dans « Contact », c’est d’ailleurs en faisant une recherche que je suis tombée sur cette réponse. La personne qui a posé la question s’est excusé devant cette réponse. Et pour moi, cela symbolise bien la communauté francophone de Prestashop. De l’aide, mais avec l’impression de déranger.

TL;DR

En vérité, une fois que j’ai corrigé tous les bugs rencontrés, mes clients et collègues – utilisateurs finaux – sont contents de Prestashop. Ce CMS reste un outil puissant, open source et très complet, qui permet de gérer à 100% sa boutique en ligne sans soucis. Mais pour moi, en tant que développeuse, j’y vais à reculons. Je n’ai plus l’envie de travailler avec, ni même de faire du support dessus. Je le fais aujourd’hui un peu par habitude ou obligation, mais il est clair que mes choix techniques évoluent – et vont encore évoluer avec le temps. Et c’est pourquoi je finirais par ne plus utiliser Prestashop.

Libriste. Développeuse multifonctions. Community Manager à mes heures perdues. 3D Maker. Nourri 2 blogs et 3 chats.
Posts created 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut